Espace membre
Votre email
Mot de passe



S'inscrire
Mot de passe oublié


Besoin d'aide en maths ? SOS MATH est un site d'aide en mathematiques du CE1 à Bac+2...Résolution de tous vos problèmes de maths Problème de mathématiques
Problème de mathématiques Exercice de mathématiques
Nos conseils pour progresser en Maths.


I) - Introduction
Nombreux sont ceux qui ne sont pas à l’aise avec les mathématiques. Pourtant, c’est certainement la matière la plus en adéquation avec l’esprit humain puisqu’elle représente la rigueur, la logique et la réflexion. A l’inverse d’une dissertation ou d’un poème à rédiger, où il faudra réfléchir dans tous les sens , en faisant appel à sa culture, à ses émotions et à sa maturité, les Mathématiques présentent toujours une réflexion ciblée avec un objectif précis et quantitatif à atteindre. Les amoureux des Mathématiques parlent d’un « jeu » quand ils en font, les autres évoquent une « corvée » ou une « galère ». Progresser en Mathématiques, c’est d’abord commencer à les aimer, c’est essayer de trouver le déclic qui transformera une contrainte en un amusement, voire un passe-temps.

II) Approche psychologique

Les Mathématiques, dans l’esprit des écoliers, représentent une science inaccessible souvent décriée dans les dessins animés, parodiée dans les films comiques ou complexifiée dans les films de science-fiction. En effet, combien de fois avons-nous vu des personnages chétifs, loufoques et risibles interpréter des rôles de « Prof de Maths » dans les comédies cinématographiques et combien de fois avons-nous pu observer des formules mathématiques écrites sur des tableaux noirs par des professeurs aux cheveux dressés sur la tête et à l’œil vague, sans cesse préoccupés par leurs découvertes potentielles d’une cinquième dimension !!?? Ces clichés sont présents dans la tête des enfants et leur font croire que les Mathématiques sont une matière faite pour les effacés, les marginaux ou les génies. On peut observer également d’autres erreurs comportementales, mais la plus grande est l’aveu des parents à leurs enfants qu’eux-mêmes étaient « nuls en Maths » quand ils étaient jeunes. Cela implique automatiquement une démotivation de la part de l’enfant qui en déduit que ses parents ont réussi à s’en sortir sans les maths et que, par conséquent, pourquoi pas lui ? Les parents doivent absolument éviter de critiquer les Mathématiques ( comme toute matière scolaire ) et se garder de les « rassurer » en leur disant qu’ils n’ont jamais été bons en Maths ou qu’ils s’en sont sortis sans les Maths. Un parent est le modèle de ses enfants. S’il leur inculque qu’on peut s’en sortir sans être bon dans une matière scolaire impliquera dans 90% des cas un rejet de cette matière par l’enfant. A la question « Papa , est ce que tu peux m’aider à faire cet exercice ? » , surtout ne pas répondre : « Tu sais Moi les Maths j’y comprends rien » ou « J’ai toujours été nul en Maths ». Essayez de privilégier les réponses comme : « Continue à réflechir et tu n’y arrives pas, je t’aiderai ». Même si vous, parents, ne maîtrisez pas bien les maths, prenez la peine, si votre enfant vous le demande, de l’aider ou au moins de faire semblant. L’enfant se sentira moins seul et il se fera honneur de trouver la solution au problème, rien que pour avoir le plaisir de faire mieux que vous. Enfin, il faut bien faire comprendre aux enfants que les Mathématiques sont un passeport obligatoire pour exercer des métiers prestigieux comme Astronaute, Médecin, Vétérinaire, Ingénieur Aéronautique, Banquier , Informaticien ou Président de la république. L’enfant est plus disposé à étudier une matière dont il sait qu’elle l’a été par Neil Armstrong, Géo Trouvetou, Bill Gates ou Jacques Chirac .

III) Les pré-requis

Cela semble évident, pour aborder les mathématiques dans de bonnes conditions, l’élève doit d’abord savoir lire. Lire ne signifie pas seulement lire des mots , mais également les comprendre et les synthétiser. Des mots tels que « Oter » , « Ajouter » « Simplifier » « Distribuer », etc … doivent être assimilés par l’élève qui en déduira les futures actions ou opérations à effectuer lors de la réalisation d’un exercice. Lire signifie également Aller jusqu’au bout de l’énoncé, et refaire la lecture jusqu’à une assimilation complète des données dont on dispose et la compréhension totale du but recherché. Lire plusieurs fois un énoncé peut prendre du temps, mais l’élève, au fur et à mesure, se verra acquérir des automatismes qui lui permettront d’assimiler de plus en plus rapidement les nouveaux exercices ou problèmes.

IV) Faire travailler la mémoire

Plus l’élève maîtrise une matière, moins le stress lui fera oublier ce qu’il faut savoir. Le stress est la plupart du temps dû à un manque de confiance en soi ou la peur de tout oublier le jour J. Selon que l’on est attentif aux leçons que l’on apprend, le contenu sera stocké dans la mémoire de l’élève, soit à court terme, soit à long terme. La différence entre un bon élève et un mauvais élève est que le premier stocke ses leçons dans sa mémoire à long terme et que le deuxième, par absence de concentration les stocke dans sa mémoire à court terme. Ce que l’on stocke dans sa mémoire à court terme représente un besoin ponctuel comme les numéros de téléphone, le nom du chien du voisin ou un plan de métro pour retrouver son chemin. Ce que l’on stocke dans sa mémoire à long terme représente ce qu’il y a d’important dans sa vie comme le nom de ses parents, notre adresse, notre age, etc …. En Mathématiques, pour tout stocker dans la mémoire à long terme, il faut prendre le temps de réviser, à maintes reprises, les cours et exercices qui seront à l’examen ou au prochain contrôle. Mais pourquoi attendre la veille du contrôle pour réviser ? Il semblerait plus judicieux de réviser son cours le soir même et de faire des exercices, même si le professeur ne l’a pas demandé !!

V) Le raisonnement

Les Mathématiques ne sont pas seulement des calculs, c’est aussi du raisonnement. Maîtriser les additions, soustractions, multiplications et divisions est nécessaire, mais loin d’être suffisant. Il suffit souvent de rajouter dans les énoncés des mots « perturbateurs » pour que l’élève s’en trouve complètement démuni. Beaucoup d’élèves savent effectuer les opérations, mais beaucoup moins savent les poser à partir d’un énoncé de problème. Si nous posons l’opération 100 + 20, 9 élèves sur 10 trouveront la bonne solution, soit 120. Maintenant, si nous posons l’énoncé suivant : Je pèse 100 kg et je porte un cartable pesant 20 kg. Quel est mon poids quand je porte mon cartable ? Ce mélange de phrases et de chiffres pose toujours un problème à l’élève débutant. Cela le panique, il en oublie la réflexion sans se douter qu’il suffit de se représenter la scène pour trouver la solution. Mais s’il s’habitue à lire et à résoudre ce genre d’exercice, il en mémorisera le contexte et les prochains problèmes ne seront plus qu’un jeu pour lui.


VI) Rappel de quelques principes

- On peut additionner des légumes et des légumes.
- On ne peut pas additionner des choux et des carottes.
- On peut soustraire des fruits d’autres fruits.
- On ne peut pas soustraire des fraises d’un tas de bananes.
- Toujours considérer les unités dans les multiplications.
- La notion de partage implique la division.
- Si l’on a une donnée relative à un multiple d’une unité, toujours essayer de ramener cette donnée à l’unité.
- Bien connaître les tables d’additions de 1 à 10.
- Bien connaître les tables de multiplication de 1 à 10

------

Accueil  Règlement  Partenaires  Contact  Statistiques  Programmes en maths 
©Copyright SOS-MATH 2008-2017
Aide en Maths
Mathématiques CE1  Mathématiques CE2  Mathématiques CM1  Mathématiques CM2  Mathématiques 6eme  Mathématiques 5eme  Mathématiques 4eme  Mathématiques 3eme  Mathématiques 2nd  Mathématiques 1ere  Mathématiques Terminale  Mathématiques Après bac  Mathématiques pratiques